La Fédération des Églises protestantes de Suisse favorable à l’accord sur la libre circulation

Le Conseil de la Fédération des Églises protestantes de Suisse FEPS soutient l’élargissement de l’accord sur la libre circulation des personnes aux dix nouveaux États membres de l’Union européenne et invite les autorités suisses à appliquer systématiquement les mesures d’accompagnement prévues.

En 2000, le peuple suisse a accepté les accords bilatéraux I, qui comprenaient un volet sur la libre circulation. À plusieurs reprises, le Conseil de la FEPS s’est exprimé sur ces accords, en soulignant qu’ils représentent une opportunité pour les citoyens suisses, qui peuvent désormais exercer une activité lucrative dans tous les États de l’Union européenne. Le 25 septembre 2005, les électeurs et électrices seront appelés à se prononcer sur l’élargissement de l’accord aux dix nouveaux États membres de l’Union européenne et sur des mesures d’accompagnement plus strictes. Ces mesures sont destinées à empêcher que l’afflux de main-d’œuvre sur le marché suisse du travail ne détériore les conditions de travail dans notre pays.

Le Conseil de la FEPS reste convaincu des avantages de la libre circulation des personnes. La mobilité et les échanges internationaux profitent à la vie sociale, culturelle, économique et politique de la Suisse. D’un point de vue éthique, la libre circulation des personnes et l’accès aux biens terrestres constituent deux droits fondamentaux de l’être humain, à qui ils doivent permettre d’assurer son entretien et celui de sa famille. Le devoir de justice et de solidarité oblige les nations occidentales à accorder aussi la libre circulation aux citoyens des nouveaux pays industrialisés comme ceux de l’Europe de l’Est – de même qu’à ceux des pays en voie de développement, d’ailleurs – et à faire leur possible pour que les ressources soient plus équitablement réparties.

Une longue histoire commune rapproche l’Europe occidentale et l’Europe orientale. Les Églises de l’ensemble de l’Europe sont réunies dans la Conférence des Églises européennes (KEK), dont la FEPS est également membre. Depuis la Deuxième Guerre mondiale, l’EPER, l’œuvre d’entraide de la FEPS, soutient les populations et les Églises des États qui sont aujourd’hui les dix nouveaux membres de l’Union européenne. C’est justement en se fondant sur son engagement européen que la FEPS entend souligner combien il est important de lutter contre des préjugés sans doute pas tous éteints et pour l’égalité de traitement des nouveaux États de l’Union européenne. La libre circulation des personnes renforce l’intégration et la stabilité en Europe.

L’ouverture de la Suisse à l’égard des États de l’Europe de l’Est suscite en revanche la crainte de pressions sur les salaires et les conditions de travail. C’est la raison pour laquelle l’accord sur la libre circulation est assorti de mesures d’accompagnement qui offrent à notre pays un instrument de lutte contre les pressions à la baisse dans le domaine des salaires et des prestations sociales. Le Conseil de la FEPS est favorable à la ratification du protocole sur l’élargissement de la libre circulation des personnes et insiste sur l’application stricte des mesures d’accompagnement destinées à préserver des conditions de travail équitables et attrayantes.

Téléchargez la prise de Position dans notre shop