Un signe marquant dans l’œcuménisme : la signature de la « Charta Œcumenica »

Dimanche 23 janvier 2005 aura lieu, lors d’un office œcuménique dans la collégiale de Saint-Ursanne (Jura), la signature de la Charta Œcumenica. Les Églises membres de la Communauté de travail des Églises chrétiennes en Suisse (CTEC-CH) donneront ainsi un signe marquant dans l’œcuménisme et s’engageront à changer leur vision.

« L’œcuménisme tel qu’il a été perçu ces dernières années montre que les différences entre les confessions et les exigences des diverses Églises rendent les rapports problématiques et donnent des signes de séparation. Mais c’est justement dans cette situation difficile que la Charta Œcumenica veut mettre en évidence ce qui est commun. » Tel est en tout cas le constat de l’évêque Fritz-René Müller, de l’Église catholique chrétienne.

Élaborée par la Conférence des Églises européennes et par le Conseil des Conférences épiscopales d’Europe, la Charta Œcumenica expose en douze recommandations ce qui unit les Églises d’Europe. Les chrétiennes et les chrétiens vivent et agissent animés d’un espoir commun. Les Églises s’engagent à changer leur vision : elles n’auront plus désormais à justifier leurs actions communes, mais au contraire à expliquer chaque fois pourquoi elles suivent seules leur propre voie.

1. La Charte est un signe œcuménique marquant

Pour Mgr Kurt Koch, évêque de Bâle, « la signature représente un jalon sur la voie de la communauté œcuménique en Suisse, même si nous sommes encore loin du but, qui est l’unité visible des chrétiens ; mais les Églises chrétiennes renouvellent leur engagement à agir dans ce sens.

La CTEC-CH est convaincue que la Charta Œcumenica donnera une nouvelle impulsion au discours et à l’action œcuméniques. Toujours selon Koch : « la Charte continue la voie déjà frayée de la communauté œcuménique telle qu’elle a été pratiquée dès le début, c’est-à-dire en quelque sorte avec ses deux jambes que sont d’une part les questions de foi et d’ordonnance ecclésiastique et d’autre part la responsabilité temporelle, sociale et politique des Églises chrétiennes et du mouvement œcuménique. La signature de la Charta Œcumenica confirme et poursuit cette double direction d’action ».

2. La Charte favorise une large communauté œcuménique

L’œcuménisme est souvent perçu par le public comme une affaire concernant uniquement les deux grandes Églises nationales. Or, pour l’évêque Heinrich Bolleter, de l’Église méthodiste, « aux yeux du public, les Églises ne sont ni équivalentes ni perçues de manière semblable. L’idée que le public en Suisse se fait des Églises est pour une bonne part déterminée par les trois Églises reconnues comme institutions de droit public. L’œcuménisme est donc fréquemment réduit à une dimension bipolaire réformé / catholique. »

Mais la diversité et l’ampleur qu’a pris le paysage ecclésial représente aussi une lourde tâche pour les Églises elles-mêmes. En effet, « dans un tel environnement, la collaboration entre les Églises exige un degré élevé d’ouverture et de respect pour les autres Églises dans leur manière d’être et dans leur présence en tant que majorité ou en tant que minorité. »

3. La Charte est un document pour les communautés paroissiales

La Charta Œcumenica a été établie par les directions des Églises. Mais elle concerne les communautés de la base en les exhortant à prier les unes pour les autres, à rendre un témoignage commun et à agir en commun au service du monde. Elle vise donc ainsi les tâches fondamentales des paroisses. Il appartient maintenant à la CTEC-CH et aux Églises membres de remettre le document à la base. « La Charte est aussi et surtout une offre faite aux communautés paroissiales », comme le relève le pasteur Thomas Wipf, président du Conseil de la Fédération des Églises protestantes de Suisse. « Une invitation à poursuivre la collaboration œcuménique, mais une invitation qui n’aura jamais été aussi largement étayée. La Charta Œcumenica pourrait aussi devenir une bénédiction, dans notre pays où cohabitent si étroitement des gens de confessions différentes. »

L’office religieux au cours duquel sera signée la Charta Œcumenica sera retransmis sur toutes les chaînes de la Télévision suisse. Il commencera dimanche 23 janvier à 10 heures.

Il est possible d’obtenir les prises de position détaillées des représentants de la CTEC-CH en écrivant à l’adresse info@agck.ch.

Communauté de travail des Églises chrétiennes en Suisse

La Communauté de travail des Églises chrétiennes en Suisse a été fondée en 1971. « Son but est de témoigner de l’unité des Églises fondées et vivant en Jésus-Christ, de servir à l’accomplissement de leur mission et d’encourager la collaboration entre chrétiens. » (Article 1 des statuts). Elle compte actuellement dix Églises membres :

  • Fédération des Églises protestantes de Suisse
  • Église catholique romaine de Suisse
  • Église catholique chrétienne de Suisse
  • Église évangélique méthodiste de Suisse
  • Alliance des paroisses baptistes de Suisse
  • Armée du salut en Suisse
  • Alliance des Églises évangéliques luthériennes en Suisse et dans la Principauté du Liechtenstein
  • Diocèse orthodoxe de Suisse du patriarcat œcuménique de Constantinople
  • Représentation de l’Église orthodoxe serbe en Suisse
  • Église anglicane en Suisse