Un investissement dans la stabilité et la solidarité : oui à une contribution en faveur des États d’Europe de l’Est nouvellement admis dans l’Union européenne

Le Conseil de la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS) apporte son soutien à la loi fédérale sur la coopération avec les États d’Europe de l’Est, dont le texte sera soumis au vote populaire le 26 novembre prochain. Cette loi prévoit le versement d’une contribution annuelle de cent millions de francs durant dix ans, en faveur des nouveaux États de l’Union européenne. La position de la FEPS se fonde sur la Charta Œcumenica et mise sur un encouragement de la stabilité dans l’ensemble de l’Europe et de la solidarité avec les États en mutation en Europe de l’Est.

La Charta Œcumenica est un document par la signature duquel les Églises se sont engagées à adopter une attitude commune à l’égard de l’Europe : « Notre foi nous aide à tirer les leçons du passé et à nous engager à ce que la foi chrétienne et l’amour du prochain répandent l’espérance en matière de morale et d’éthique, dans la formation et la culture, en politique et dans l’économie, en Europe et dans le monde entier. […] Les Églises encouragent une unité du continent européen. […] Comme Églises et comme communautés internationales nous devons affronter le danger que l’Europe se développe en un Ouest intégré et un Est désintégré. »

Le Conseil de la FEPS se déclare favorable à la loi fédérale sur la coopération avec les États de l’Europe de l’Est, et il le fait dans l’esprit de la Charte œcuménique, en vue d’une stabilité pour l’ensemble de l’Europe et d’une solidarité avec les États d’Europe de l’Est. L’histoire de l’Union européenne montre en effet que la solidarité, qui se manifeste par des investissements à des fins bien précises dans la formation, l’éducation et la recherche, n’a pas pour seul effet d’accélérer le développement et d’augmenter le bien-être dans les pays bénéficiaires : la stabilité sociale, politique et économique des pays de l’Europe de l’Est a aussi des répercussions positives sur l’ensemble de l’Europe, et la Suisse avec elle. Pour le Conseil de la FEPS l’enjeu, c’est la participation politique, la responsabilité, la solidarité, la justice et la paix. Mais l’intensification de la solidarité avec les États de l’Europe de l’Est ne doit pas se réaliser au détriment de la solidarité avec les pays du Sud. Or le présent texte de loi le garantit.