La prévention d'abord

La Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS) publie sa prise de position sur le rapport « Violence des jeunes. Ampleur, causes et mesures envisageables » de l'Office fédéral de la justice.

La violence des jeunes est un thème très sensible en Suisse. La FEPS juge donc essentielle une approche équitable et équilibrée dans ce domaine. Les mesures présentées dans le rapport publié par le Département fédéral de justice et police tendent cependant à conclure que la violence des jeunes constitue avant tout un problème dû aux étrangers, et qu’elle a augmenté de manière massive. Cela induit en erreur et contredit les données matérielles. La FEPS considère la tendance à instrumentaliser la violence des jeunes au niveau politique comme préoccupante.

De nombreux facteurs sont responsables d’un penchant croissant à la violence, et la violence à son tour n’est que l’un des aspects d’un comportement déviant. Cela vaut aussi pour les jeunes suisses. La FEPS rappelle que le droit pénal des mineurs place à juste titre la prévention avant la punition. La prévention devrait être axée sur les facteurs de risque susceptibles d’apparaître plus souvent chez des jeunes issus de la migration. La violence est, par exemple, une conséquence aussi de l’exclusion sociale et de l’inégalité des chances. La FEPS recommande en outre que les délits de jeunes étrangers soient réprimés par des mesures du droit pénal des mineurs, non par des mesures en matière de droit des étrangers en Suisse. Le droit pénal des mineurs vaut pour les jeunes suisses comme pour les jeunes étrangers.

La FEPS salue l’idée à la base du rapport, qui est d’arriver à l’action étatique la plus cohérente possible à travers une approche coordonnée des autorités. Sur ce point toutefois, il faut non seulement que les mesures d’exécution des peines mais avant tout les mesures préventives soient plus cohérentes entre les cantons. Pour le développement et l’application de stratégies, la FEPS s’attend en outre à une inclusion plus forte des acteurs non étatiques de l’intégration et de la formation.

Téléchargez la prise de position (uniquement en allemand)