Les solos bâtissent l'Église

« Vivre en solo – et l'Église? » tel était le thème de la Conférence de Diaconie de la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS), qui tenait session le 22 mai à Berne. Le message des personnes participantes portait, par-delà l'image traditionnelle de la famille, sur une perception plus forte de la contribution qu'apporte le « mode de vie en solo » à l'Église.

« Être seul, seule ne signifie pas automatiquement être laissé seul, laissée seule ». C’est ainsi que le sociologue Eric Widmer (Lausanne) a ouvert la session de printemps de la Conférence de Diaconie de la FEPS, mardi à Berne. Ce constat et ses conséquences ont été discutés par les plus de trente personnes participant à la Conférence. Le débat a pris deux directions; d’une part il s’agissait de la conception par elles-mêmes et par des tiers des personnes vivant seules, et d’autre part de leur relation à la religion et à l’Église.

Pour Widmer, les « solos » sont des personnes qui vivent seules en tant que célibataires, divorcées ou veuves et veufs. Actuellement, 30 % environ des adultes suisses font partie des solos. Les divers groupes de personnes vivant seules ont en commun de vivre un réseau de relations différencié, et autre que ceux qui ne sont pas solos.

Les différences se manifestent dans les perspectives. Tandis que les personnes non mariées envisagent dans l’ensemble de la société l’avenir avec optimisme, veuves et veufs sont certes satisfaits de leur situation, mais n’attendent que peu d’amélioration de l’avenir.

Les personnes participantes ont quant à elles formulé des thèses qui au-delà de la Conférence doivent enrichir directement le travail des diverses institutions diaconales et des paroisses. Des offres spéciales pour singles ne sont pas nécessaires dans les Églises réformées de Suisse. Il s’agit bien plus de prendre consciences des réalités de vie et en conséquence de « bâtir ensemble l’Église ». Il importe pour cela que tant les solos que l’Église aillent vers une rencontre réciproque.

Au cours de la partie statutaire, la Conférence a pris congé de Christoph Härter de l’Association suisse de diaconie (Diakonieverband Schweiz), membre du Comité depuis 1999. Les nouveaux membres élus sont Hélène Küng, directrice du Centre Social Protestant (CSP) du canton de Vaud et Roland Luzi, co-secrétaire de l’Association suisse de diaconie (Diakonieverband Schweiz).

La Conférence de Diaconie est une Conférence de la Fédération des Églises protestantes de Suisse FEPS. La Conférence se comprend comme une plateforme de coopération entre la FEPS, ses Églises membres, les œuvres diaconales, associations et institutions qui pratiquent la diaconie ou traitent de thématiques proches de la diaconie, ainsi que les organisations de la société civile actives dans le social et le politique.

plus sur la Conférence de Diaconie