L’Assemblée des délégués siège à Bellinzone

Du 15 au 17 juin se tient à Bellinzone l'Assemblée des délégués de la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS). Dans son discours d’ouverture Thomas Wipf, président du Conseil, s’est exprimé sur l’Église dans le contexte des mutations sociales actuelles.

À l’invitation de l’Église évangélique réformée au Tessin l’Assemblée des délégués (AD) de la FEPS siège depuis aujourd’hui dans la salle du Grand Conseil à Bellinzone. Dans son discours d’ouverture, le président du Conseil a plaidé dans le contexte des profondes mutations sociales pour une culture de la concertation, de l’encouragement et de la solidarité mutuels dans les Églises.

Dans de nombreuses Églises membres de la FEPS un travail de fond est mené sur la forme future de l’Église, selon Wipf. Et le principe suivant est aussi valable pour les Églises : « Pour survivre, il faut être mobile. » La mobilité croissante des hommes et des femmes pose par exemple la question d’« une Église axée sur l’offre » aux côtés de la paroisse locale traditionnelle. Il s’agit cependant dans toute transformation importante d’être et de demeurer Église.

Pour Wipf une des préoccupations centrales de l’action protestante est l’être chrétien adulte et responsable : « Notre société sécularisée a tout particulièrement besoin de dialogue avec des personnes qui trouvent du sens et des valeurs dans leur enracinement religieux, et qui sont capables de défendre leur conviction dans le débat public, dans la politique, dans l’économie, dans le domaine culturel et dans les médias. » La collaboration avec les Églises ne menace pas l’État laïque, au contraire, elle l’enrichit, insista Wipf.

Le parlement de la FEPS traitera dans sa session qui dure jusqu’à mardi des fondations Entraide protestante suisse (EPER) et Pain pour le prochain (PPP). En outre, le Conseiller aux États Dick F. Marty et le recteur de l’université de Bâle Antonio Loprieno s’exprimeront devant l’AD.

L’Assemblée des délégués (AD) est le parlement (législatif) de la FEPS. Elle se réunit deux fois par année, en juin, sur l’invitation de l’une des Églises membres, et en novembre à Berne. Aux septante délégués des Églises membres se joignent des représentants de la Conférence de diaconie et de la Conférence femmes (deux délégués chacune, qui ont droit de parole et de proposition).