La Fédération des Églises salue la décision du Conseil fédéral sur la question de l’euthanasie

La Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS) salue la décision du Conseil fédéral d’examiner la possibilité d’élaborer une réglementation plus stricte de l’assistance au suicide organisée.

Mercredi dernier, le Conseil fédéral a approuvé la demande de la Conseillère fédérale Widmer-Schlumpf d’examiner de manière approfondie la question des dispositions législatives en matière d’assistance au suicide organisée.

La Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS) salue cette démarche du Département fédéral de justice et police (DFJP). Ces derniers temps, la FEPS a attiré l’attention à plusieurs reprises sur la nécessité de disposer d’une réglementation plus stricte des procédures en matière d’assistance au suicide organisée. Cela notamment car elle juge très préoccupant le recours à la méthode dite de l’hélium par Dignitas. L’hélium peut être obtenu librement, ce qui permet à Dignitas de se soustraire au contrôle médical. Or si les organisations d’assistance au suicide ne coopèrent plus avec les médecins, toutes les barrières éthiques tombent, car les directives d’éthique médicale ne peuvent plus produire leur effet.

La FEPS soutient la position différenciée de la Conseillère fédérale Widmer-Schlumpf, qui est favorable à une réglementation légale des procédures, mais opposée à une loi sur l’assistance au suicide. Comme l’a déclaré la cheffe du DFJP dans une interview, des questions éthiques sont au cœur de ce débat.

Dans sa prise de position « Vivre la mort. Un regard protestant sur les décisions en fin de vie », le Conseil de la FEPS a justifié cette demande de manière détaillée, tout en réclamant parallèlement le droit à des soins palliatifs généralisés.

» Commandez ou téléchargez la position de la FEPS «Vivre la mort»