Ce qui donne la santé est donc juste?

La Conférence de Diaconie de la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS) a abordé le 5 mai le phénomène du «culte de la santé», pour discuter de nouvelles idées concernant la santé et le salut dans la diaconie et la paroisse.

«Ce qui donne la santé est juste. C’est la fin de toute discussion éthique» a dit Konrad Meyer dans son exposé. Mais il faudrait également rendre vivantes, outre la santé, d’autres valeurs encore. Ici diaconie et Église sont mises au défi, a déclaré le nouveau président de la Conférence de Diaconie de la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS) aux quelque trente délégués réunis le 5 mai à Berne sur le thème «Tant qu’on a la santé - Le culte de la santé et les Églises».

L’idéal de santé diffusé dans le public n’est pas atteignable, a poursuivi Konrad Meyer. Pourtant, si l’on en croit une étude allemande, être en bonne santé signifierait simplement ne pas être assez bien examiné. De plus, il existe une différence de valeur entre «bien-portants» et «malades». La maladie porte en elle la tache de sa propre culpabilité.

«Santé ne veut pas dire salut» a souligné Konrad Meyer. Église et diaconie doivent créer un espace où même des limites soient considérées comme un enrichissement, et où la différence «entre faisabilité et grâce» soit manifeste. En fin de compte, il s‘agit de la question: «Puis-je accepter de vivre par la Grâce de Dieu?»

Les personnes participantes ont développé dans les groupes de travail des initiatives et des impulsions sur ce thème. Elles ont été unanimes à considérer que les Églises ont dans les domaines des soins palliatifs et de l’aumônerie hospitalière des compétences essentielles qu’il faut encourager. La FEPS a été priée de poursuivre le travail sur les directives en matière de politique de santé. La question clé devant être de savoir comment les valeurs importantes pour les Églises chrétiennes peuvent trouver place dans la politique de santé. De même, il faut que la politique de la santé soit toujours liée aux politiques sociales et de formation.

Durant la partie statutaire, Christine Huck (Zurich) a été élue au Comité de la Conférence de Diaconie. Sergio Jost (Greifensee) a été désigné représentant de la Conférence à l’Assemblée des délégués de la FEPS.

La prochaine Conférence de Diaconie se réunira le 10 novembre à Berne sur le thème «Santé et pauvreté».

» plus sur la Conférence de Diaconie