On ne saurait renoncer à une politique des réfugiés conforme à la dignité humaine

Face à la détresse patente d’innombrables personnes, le Conseil de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS) soutient les efforts visant à réintroduire une politique de réfugiés de contingent à travers une prise de position intitulée «Perspectives d’avenir pour les personnes persécutées - Réimplantation de réfugiés en Suisse».

On dénombre des millions de réfugiés. Beaucoup eux ont été provisoirement admis dans un pays de premier asile. Mais souvent, ils n’y sont pas suffisamment protégés; certains ont passé des années dans des camps ou ont besoin d’une aide médicale spécifique. Une politique de réfugiés de contingent, c’est-à-dire l’admission par groupes, créerait de nouvelles perspectives pour tous ces gens.

Entre 1950 et 1995, la Suisse a participé à des actions de réimplantation du HCR. Depuis, cette politique de réfugiés de contingent est suspendue. Au vu de la détresse patente d’innombrables personnes, il faut à nouveau envisager de les aider autrement que par la politique d’asile et l’actuelle politique de protection de la Suisse. D’autant plus que notre pays dispose des bases juridiques requises pour la reprise d’une politique de réfugiés de contingent fiable et continue. C’est pourquoi le Conseil de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS) soutient les efforts visant à réintroduire une telle politique.

La tradition judéo-chrétienne attache beaucoup d’importance à la protection de l’étranger et à la prise en charge de ses besoins élémentaires. L’accueil des réfugiés est l’un des principes par lesquels les Eglises se définissent. Les réimplantations font partie de la protection des réfugiés et de la tradition humanitaire dont la Suisse se réclame. Elles sont en outre une concrétisation de la Convention de Genève sur les réfugiés. Les programmes de réimplantation viennent compléter les instruments de protection des personnes en fuite. Ils ne constituent pas une solution isolée, mais représentent une contribution solidaire à la résolution du problème international des réfugiés, dans le cadre d’une politique active des droits de l’homme.

Dans son document intitulé «Perspectives d’avenir pour les personnes persécutées - Réimplantation de réfugiés en Suisse», la FEPS réclame des critères clairs pour la sélection des réfugiés de contingent. Il faut en outre clarifier par quels moyens on peut favoriser l’intégration de réfugiés parfois traumatisés. Enfin, la question se pose de savoir si les structures d’accueil existantes, actuellement surchargées, ont des capacités suffisantes. A cet égard, il faut aussi se représenter les conséquences financières.

La politique de réimplantation n’est jamais la solution idéale, car elle ne peut offrir qu’une seconde patrie. Mais tant que des gens sont persécutés sur cette Terre, que leurs droits sont bafoués et qu’ils sont victimes de la violence d’Etat, on ne saurait renoncer à une politique d’asile et à une politique des réfugiés de contingent conformes à la dignité humaine.

» Téléchargez et commandez la brochure