Open Forum Davos: Religion et droits de l'homme

« Religion et droits de l'homme – y a-t-il contradiction? », tel était le thème de la septième table ronde à l’Open Forum Davos 2009. Le débat introduit par Micheline Calmy-Rey a suscité dans le public une participation passionnée.

Dans son exposé introductif, la ministre suisse des affaires étrangères Micheline Calmy Rey a relevé « la précieuse contribution des religions à la protection des droits de l’homme ». Et simultanément condamné le fondamentalisme religieux, qui a le même visage dans chaque religion. L’État démocratique et pluraliste doit se défendre avec netteté contre les atteintes aux droits de l’homme motivées par la religion. « La tolérance n’est nullement un laissez-faire » a précisé Micheline Calmy-Rey.

« Les droits de l’homme n’ont pas de buts religieux » pour Frank Mathwig, chargé d’éthique à la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS). Frank Mathwig a rappelé que les droits de l’homme et la dignité humaine sont indépendantes de catégories morales. La dignité est donnée à tout être humain indépendamment de ce qu’il dit ou fait. « Les conceptions morales de la dignité sont erronées » dit Frank Mathwig, car on pourrait ainsi dénier à tout être humain dignité et droits de l’homme.

Pour Serap Cileli, écrivaine et spécialiste des droits de la femme, le droit au libre choix du partenaire, l’autonomie sexuelle et le libre choix de la profession sont autant de domaines où les religions aujourd’hui encore limitent parfois la liberté, en particulier celle des femmes. Cela ne peut être toléré dans une société démocratique et éclairée.

» téléchargez ou commandez la position « Placer l’être humain dans son droit »

» plus d’informations sur www.openforumdavos.ch