Doctorat Honoris Causa pour Thomas Wipf à Münster

La FEPS et la CEPE adressent leurs félicitations à Thomas Wipf qui a reçu un doctorat honoris causa en théologie pour son action en faveur du rapprochement du protestantisme en Europe.

Le pasteur Thomas Wipf est aujourd’hui, après Karl Barth et Emil Brunner, le troisième Suisse à avoir reçu un doctorat honoris causa en théologie de l’Université de Münster, en Allemagne. Président de la Communion d’Églises Protestantes en Europe CEPE et de la Fédération des Églises protestantes de Suisse FEPS, il est ainsi honoré pour son action en faveur du rapprochement du protestantisme européen. Avec la création du Conseil suisse des religions, il a également réalisé un forum destiné à la réconciliation et au rétablissement de la confiance.

Comme le dit dans son éloge Michael Beintker, professeur de théologie systématique à l’Université de Münster, Thomas Wipf a su de façon remarquable « faire le lien entre ses responsabilités de chef d’Église et la transmission de convictions théologiques, et faire valoir celles-ci dans les débats publics de l’économie et de la société, de l’Église et de l’Oikoumene.

« Pour moi – a dit Thomas Wipf dans son discours solennel – cette distinction est un encouragement à poursuivre avec détermination sur le chemin de l’œcuménisme et à m’engager en faveur de la réconciliation entre les Églises et en Europe. » Il restera jusqu’en 2012 président de la CEPE et il a été récemment élu « invité permanent » à la chambre de théologie de l’Église protestante en Allemagne (Evangelische Kirche in Deutschland EKD).

La contribution des Églises à l’unification européenne au cours des dernières cinquante années a été reconnue par des représentants de l’Union européenne, a dit Thomas Wipf, « dans la mesure où leur existence œcuménique commune a un caractère de modèle ».

La coexistence des Églises de la CEPE constitue d’ailleurs jusqu’ici le modèle œcuménique le plus réussi : étant donné qu’en recherchant l’unité au milieu de leurs différences, elles vivent concrètement ce qu’affirme le slogan de l’UE « Unie dans la diversité ». « Dans le dialogue avec la politique européenne, il importe en effet faire entendre clairement les voix réunies des Églises ».