La rencontre : premier pas vers l’intégration

Des millions de gens, dans le monde entier, sont en fuite. Des réfugiés sont persécutés à cause de leur religion, de leur appartenance ethnique ou de leur convictions politiques. La plupart d’entre eux cherchent refuge dans une autre région de leur propre pays ou dans un pays voisin. Seule une infime partie d’entre eux parvient à rejoindre l’Europe et la Suisse. Arrivant avec leurs potentiels et leurs motivations, ils sont à la recherche d’une perspective d’avenir.

Les réfugiés proviennent de pays dont la société, les systèmes scolaires et éducatifs diffèrent de ceux qui caractérisent la Suisse. Nos organisations caritatives œuvrent pour une intégration réussie, qui permette aux réfugiés de participer à la vie économique, sociale et culturelle de la Suisse. Par des cours de langues, des conseils et de l’aide à l’intégration professionnelle, les organisations caritatives contribuent grandement à l’intégration et, ainsi, à la cohésion et à la solidarité sociales en Suisse.

Les réfugiés ont perdu leurs réseaux dans leurs pays d’origine. Ils en cherchent de nouveaux en Suisse. Dans ce contexte, les Églises, communautés, services pastoraux, communautés de prière dans d’autres langues récemment fondés par les migrantes et migrants constituent un facteur important. De nombreuses possibilités de ce genre existent déjà, qui permettent aux gens venus d’autres cultures de fortifier leur foi. Elles exercent sur leurs membres une puissante force intégrative. Nous devons utiliser cette force dans l’intérêt de la société et de l’Église.

L’intégration n’est pas une voie à sens unique. Elle ne réussit que si tous les parties prenantes y contribuent et rendent ainsi possible une authentique rencontre. Les Églises et communautés religieuses appellent au Dimanche des réfugiés et au Sabbat des réfugiés : rapprochons-nous les uns des autres là où nous nous rencontrons tous les jours, que soit près de chez nous, à l’école, en formation, au travail, au sein de la communauté religieuse ou pendant les loisirs.

Intégrer les réfugiés dans la société est un devoir pour les Églises et les communautés religieuses. Déjà les Saintes Écritures nous prient d’intégrer les étrangers chez nous :

« Si un étranger vient séjourner avec vous dans votre pays, vous ne l’opprimerez point »
(Lv 19,33)

Mgr Norbert Brunner, président, Conférence des évêques suisses CES
Thomas Wipf, pasteur, président du conseil, Fédération des Églises protestantes de Suisse FEPS
Herbert Winter, président, Fédération suisse des communautés israélites FSCI
Mgr Harald Rein, vicaire épiscopal, Église catholique-chrétienne de Suisse ECCS

Auteur: 
CES/FSCI/ECCS/FEPS