Le bénévolat permet la transmission des normes de la société

Le bénévolat est un précieux pilier des Églises réformées. Mais comment motiver de nouveaux bénévoles à offrir leur collaboration? Lors de l’assemblée commune de la Conférence Femmes et de la Conférence de Diaconie qui s’est déroulée le 22 novembre, la professeure Nathalie Amstutz a défendu l’approche du « Diversity Management » pour attirer de nouveau groupes cibles.

Dans quelques années les baby boomers quitteront la vie active, et les besoins en matière d’accompagnement de personnes âgées sont en augmentation. Le bénévolat se trouve confronté ici à des défis comparables à ceux que l’on rencontre sur le marché du travail. À la veille de l’année du bénévolat 2011 de l’UE, l’assemblée commune de la Conférence de Diaconie et de la Conférence Femmes de la Fédération des Églises protestantes de Suisse FEPS a examiné les possibilités d’attirer de nouveaux groupes cibles.

Nathalie Amstutz, professeure à l’Institut de gestion des ressources humaines de la Haute école spécialisée du Nord-Ouest de la Suisse, a montré dans son exposé qu’il est possible de motiver les groupes de personnes (catégorie de revenu, couche sociale, sexe, classe d’âge) n’étant généralement pas actives dans une organisation, à effectuer du travail bénévole. « L’engagement bénévole peut contribuer à l’intégration sociale », a-t-elle relevé. « Les normes de la société sont transmises à travers le bénévolat ». Pour parvenir à exploiter tout le potentiel des bénévoles, une organisation devrait d’abord réfléchir aux personnes intéressées. « Nous recrutons les bénévoles directement d’après leurs compétences », a souligné Hubert Kausch, responsable du bénévolat auprès de la Croix-Rouge Suisse CRS. C’est ainsi que l’offre des bénévoles détermine parfois l’offre de la CRS. Marlise Schiltknecht, chargée de la diaconie à l’Eglise évangélique réformée du canton de Saint-Gall, emprunte une autre voie. Elle est en train d’établir un réseau entre les cours pour bénévoles et les offres des entreprises qui préparent leurs collaborateurs à la retraite.

Le thème de la « diversité dans le bénévolat » a ensuite été approfondi dans des ateliers au programme desquels figuraient notamment la conduite des bénévoles et l’intégration des migrantes et migrants. « Si l’on veut augmenter la diversité parmi les bénévoles, la formation au Diversity Management doit aussi être appliqué au professionnels », précise Jürg Walker, directeur de Multimondo à Bienne.

Dans la partie administrative, les membres des deux comités des Conférences ont été élus pour la prochaine législature. En outre, c’est avec soulagement que les délégués ont pris connaissance de la décision unanime de l’Assemblée des délégués de la FEPS de ne pas réduire le budget des conférences.

» plus d’informations sur la Conférence Femmes
» plus d’informations sur la Conférence de Diaconie