Le président de la FEPS, Thomas Wipf, quitte ses fonctions à la fin 2010

Le président du Conseil de la Fédération des Églises protestantes de Suisse FEPS, Thomas Wipf, ainsi que quatre autres membres du Conseil quittent leurs fonctions à la fin de la législature. L'Assemblée des délégués élira le nouveau Conseil en juin 2010.

Le président du Conseil de la Fédération des Églises protestantes de Suisse FEPS, le pasteur Thomas Wipf, quittera ses fonctions le 31 décembre 2010 après douze ans d’activité. Son mandat de représentant protestant et de président du Conseil suisse des religions échoit simultanément. Cette dernière institution est née de l’initiative de Wipf, tout comme l’Open Forum Davos, qui, chaque année a lieu parallèlement au Forum économique mondial. En revanche, Wipf poursuivra son mandat de président de la Communion d’Églises Protestantes en Europe CEPE, jusqu’à l’assemblée générale de 2012.

Se retirent également à la fin de la législature du Conseil en 2010, Irène Reday (Genève), Silvia Pfeiffer (Schaffhouse), Helen Gucker-Vontobel (Zurich) ainsi que le pasteur Urs Zimmermann (Argovie). Atteint par la limite d’âge Karl Kohli avait déjà quitté ses fonctions à fin 2009. En outre, le directeur de la FEPS, le pasteur Theo Schaad, prendra sa retraite à la fin de l’année.

L’Assemblée des délégués, qui se tiendra du 13 au 15 juin 2010 à Hérisau, élira les sept membres du Conseil pour la période administrative 2011 – 2014. Cette session permettra de désigner une présidente ou un président à plein temps ainsi que six membres à temps partiel. La réduction de l’effectif du Conseil à sept membres avait déjà été décidée au cours de l’assemblée des délégués de 2005. Du Conseil actuel se présentent à une réélection Kristin Rossier Buri (Vaud), le pasteur Lucien Boder (Berne-Jura-Soleure) et Peter Schmid (Bâle-Campagne).

La Fédération des Églises protestantes de Suisse FEPS (www.feps.ch) rassemble 26 Églises protestantes de Suisse. Elle représente le protestantisme suisse aux niveaux fédéral et international et apporte sa contribution éthique et théologique à la résolution des questions d’ordre social, politique et économique.