Saad Hariri regrette devant Thomas Wipf l’émigration de chrétiens du Proche-Orient

La délégation de la Fédération des Églises protestantes de Suisse, sous la direction du président du Conseil de la FEPS Thomas Wipf, a été reçue aujourd’hui par le président du Conseil des ministres libanais, Saad Hariri. Au centre de l’entretien a été le dialogue en matière de politique religieuse.

Le président du Conseil de la FEPS Thomas Wipf a exprimé, au cours de l’entretien accordé par le président du Conseil des ministres libanais, sa préoccupation au sujet des défis immenses que doit actuellement affronter le Liban multireligieux. Défis qui concernent très directement la minorité chrétienne également. « Pour aborder des conflits religieux et politiques, les solutions trouvées ici pourront constituer des approches en Suisse également. La Suisse elle aussi se développe de plus en plus en une société multiculturelle et multireligieuse, et elle devra à l’avenir se confronter encore plus à ces défis » a dit Thomas Wipf. « Inversement », a poursuivi Thomas Wipf, « la Suisse a trouvé, surtout depuis la votation sur les minarets, une nouvelle forme de dialogue interreligieux au sein du Conseil suisse des religions SCR, qui pourrait susciter de l’intérêt au Liban aussi. »

Le président du Conseil des ministres du Liban a regretté l’émigration des chrétiens du Proche-Orient, qu’il attribue à la situation instable où se trouve l’ensemble de la région. Seule une paix durable avec toutes les parties en conflit dans le Proche-Orient pourrait créer la stabilité dont tous les êtres humains ont besoin.

Dimanche, le président de la FEPS a participé au culte de l’Église protestante nationale à Beyrouth. « Nous sommes ici pour écouter et pour exprimer notre solidarité avec la minorité chrétienne » a dit le président de la FEPS à la paroisse. Le pasteur Habib Badr a dans sa prédication appelé la communauté à assumer sa responsabilité dans le pays et à ne pas s’enfuir devant les problèmes et les nouveaux conflits qui menacent dans le pays.

La question de l’émigration à l’Ouest de nombreux chrétiens a aussi occupé la délégation durant sa visite de la Near East School of Theology NEST. Les entretiens avec le doyen, George Sabra, ont eu pour centre les questions de coexistence des religions au Liban, le désenchevêtrement de la religion et de la politique, et le rôle de la société civile libanaise. NEST est le seul lieu de formation pour théologiennes et théologiens protestants au Proche-Orient.

La liberté de religion et la coexistence pacifique des religions constituent des thèmes centraux pour la Fédération des Églises protestantes de Suisse FEPS. Depuis nombre d’années, la FEPS entretient des contacts intensifs avec les Églises sœurs au Proche-Orient, et surtout avec la Communion des Églises protestantes au Proche-Orient.

Avant de poursuivre son voyage en Syrie, la délégation rencontrera demain mardi le chef de l’Église maronite, le Patriarche Nasrallah Boutros Sfeir, et Salim Sahiouny, président du Conseil de l’Église protestante au Liban et en Syrie, ainsi que le ministre libanais de l’information, Tarek Mitri.