Publication: l’engagement des Églises pour la paix au Proche-Orient

Au travers de cette nouvelle publication, la Fédération des Églises protestantes de Suisse FEPS souhaite rendre compte de son engagement pour la paix au Proche-Orient et prendre position sur le « Document Kairos-Palestine » publié par des Palestiniens chrétiens.

La petite minorité chrétienne du Proche-Orient est frappée de plein fouet par les phénomènes d’émigration et de radicalisation. La constellation politique autour du conflit israélo-palestinien semble désespérée. Et la situation s’est encore aggravée à la suite des bouleversements du « printemps arabe ». À la fin de 2010, le Conseil de la Fédération des Églises protestantes de Suisse s’est rendu sur place au Liban, en Syrie, en Jordanie, en Israël et en Palestine pour se faire une image de cette situation complexe.

Au travers de la publication « L’engagement des Églises pour la paix au Proche-Orient », la Fédération des Églises souhaite rendre compte de ce voyage. Par la même occasion, elle prend position sur le « Document Kairos-Palestine », un cri de plainte et d’espoir de chrétiens au carrefour de toutes les tensions de la région.

Par ce voyage, la Fédération des Églises a pu manifester sa solidarité envers la minorité chrétienne menacée de la région et mesurer les efforts de paix déployés par les religions au Proche-Orient. Pour surmonter les déformations de l’image de l’autre, elle estime que le dialogue au Proche-Orient doit se faire à trois voix avec le judaïsme, le christianisme et l’islam.

Dans sa prise de position sur le Document Kairos-Palestine, la Fédération des Églises reconnaît l’urgence de cet appel de Palestiniens chrétiens. Tout comme eux, elle condamne l’utilisation abusive de textes bibliques pour justifier des positions politiques ou pour excuser une violation du droit international. Elle insiste sur le droit à l’existence d’Israël et de celui d’un État palestinien, peut-être sur la base de la frontière suivant la « ligne verte » de 1967, largement reconnue par la communauté internationale.

Le document Kairos-Palestine renferme un appel au boycott à l’encontre d’Israël . La Fédération des Églises estime qu’un tel appel est contre-productif, car il s’agit d’un acte de représailles, méthode que les auteurs prétendent précisément rejeter. En revanche, elle considère qu’il serait judicieux « d’examiner les moyens d’une part d’éviter la commercialisation et la consommation de produits venant de colonies illicites et d’autre part de soutenir l’économie palestinienne par des actions concrètes. »

» Commandez la publication