"Allez donc…": les Conférences de la Fédération des Églises en quête de formes alternatives pour le travail ecclésial

Une place de marché pour de nouvelles formes d’être Église vivante a occupé la Conférence commune Femmes et Diaconie de la Fédération des Églises le 28 octobre à Berne.

Les Églises protestantes en Suisse recherchent de nouvelles voies vers les êtres humains. Être après-demain aussi Église vivante, tel est le but commun. Car les offres traditionnelles ne permettent d’atteindre qu’une petite partie de la population.

„Allez donc…“ était par conséquent le thème de l’Assemblée commune de la Conférence de Diaconie et de la Conférence Femmes de la Fédération des Églises Protestantes de Suisse. Quelque 100 délégués et invités des 26 Églises de la Fédération se sont rencontrés le 28 octobre à Berne.

Aller à la rencontre d’autrui est un défi, et jusqu’ici inhabituel. Les participants ont pu prendre connaissance d’exemples tirés de la pratique de diverses Églises sur une „place de marché“. Des études de milieu des Églises de Neuchâtel et Zurich s’y trouvaient, tout comme le projet „Évangile en chemin“ de la pasteure vaudoise Hetty Overeem, en route avec chien, roulotte tirée par un âne et tipi. Le projet „Heiland Sack (sac de salut)“ de la région de Bâle a en autres été présenté, qui distribue aliments et articles de consommation courante à des personnes dans le besoin.

„L’Église doit passer d’une structure du Venir à une structure de l’Aller“, a souligné Christina Aus der Au. L’Église devrait aussi aller vers ceux qui n’ont pas besoin d’elle – parce qu’ils ne savent rien d’elle –   „et qui demandent religion et spiritualité“, pour la secrétaire théologique du Zentrum für Kirchenentwicklung à l’Université de Zurich. „Lorsque des êtres humains n’attendent rien de la foi chrétienne, parce qu’ils ne la connaissent pas, on peut douter qu’eux aussi demanderont la pasteure dans des temps de joie et de détresse“, a poursuivi Christina Aus der Au.

Le message doit être communiqué de manière „à demeurer fidèle à son origine et à sa tâche, à atteindre les êtres humains dans leur diversité et à pouvoir être effectivement pertinent“. L’Église a besoin d’une oreille ouverte à la parole de Dieu comme „à l’être humain concret ici sur terre“.

Ce qui rend l’Église attrayante pour les êtres humains est très divers, et cela ressort du travail avec des milieux de style de vie différents. L’Église devrait naître et croître, avec les êtres humains et leur style de vie. „Les êtres humains veulent participer au lieu de simplement prendre part“, voilà un écho de la Conférence commune.