La diaconie suisse peut-elle faire davantage avec moins de moyens ?

Dans le contexte d’une diaconie sous pression financière, la Conférence de Diaconie de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse du 11 novembre s’est intéressée à mettre en avant de nouvelles impulsions. Les près de quarante délégués venus à Berne de toutes les régions de Suisse ont ainsi pu découvrir des projets novateurs proposés par l’Eglise aux personnes au chômage ou en fin de droit.
© iStock

Alors que les liens entre Eglise et Etat se desserrent, la recherche de fonds joue un rôle de plus en plus important pour l’Eglise en général et pour les projets de diaconie en particulier, a notamment souligné l’orateur principal Lukas Kundert, pasteur de la cathédrale de Bâle et président du Conseil synodal de l’Eglise réformée de Bâle-Ville. Au sein de sa paroisse, de bons résultats ont été obtenus, notamment via le porte à porte, grâce au courage et à l’engagement de ses collaborateurs, mais aussi avec l’aide de Dieu, a-t-il ajouté.

Les délégués ont également pu découvrir les projets de réinsertion zurichois « Kompass » et bâlois « Jobfactory ». Pour la Suisse romande, deux projets ont été présentés : « l’Espace solidaire Pâquis », qui vise à intégrer les migrants dans le quartier genevois, ainsi qu’un programme de mentorat mis sur pied par l’EPER dans les cantons de Vaud et Genève pour lutter contre la déqualification professionnelle des migrants : « Mentorat Emploi Migration ».

Nouveau président

Lors de la partie administrative de la Conférence, Urs Woodtli a été nommé à la présidence de la Conférence de Diaconie. Enseignant, éducateur et pasteur, M. Woodtli est actuellement employé du service de formation professionnelle et formation continue du département de diaconie de l’Eglise zurichoise. Il succède à Konrad Meyer, directeur du Service diaconal de l’Eglise évangélique-réformée de Bâle-Ville, qui a rempli cette fonction durant cinq ans.

Diaconie en mutation

Lors de sa rencontre des 3 et 4 novembre à Berne, l’Assemblée des délégués de la FEPS a approuvé à l’unanimité le projet « Diaconie Suisse ». Cette décision aura des conséquences pour la Conférence de diaconie qui sera à terme intégrée au nouveau projet. Jusque là, elle continuera d’avoir lieu tous les deux ans.