La conversion à la Réforme

La question de savoir quand Calvin s’est converti à la Réforme est le sujet d’innombrables études, mais les preuves sont rares. Calvin lui-même affirme avoir vécu une « conversion subite » (subita conversio.) Dans son Commentaire des Psaumes de 1557, il se souvient:

« Au début, j’étais si fidèle à l’idolâtrie papiste qu’il était difficile de me libérer d’une boue si profonde. Puis, par une conversion subite, Dieu apprivoisa mon cœur et le rendit docile, bien qu’à l’âge que j’avais, il fût déjà très endurci face à ces choses. Ayant donc reçu la connaissance de la vraie piété, je fus toute de suite enflammé d’un si grand désir d’en user que je n’abandonnais pas entièrement les autres études mais travaillais beaucoup moins intensément. Or je fus tout ébahi qu’avant que l’année ne soit écoulée, tous ceux qui ressentaient le désir de la pure doctrine se rassemblaient autour de moi pour apprendre, bien que je ne sois moi-même qu’un débutant. » (D’après une biographie allemande de Calvin de 1968)

Calvin écrit cela bien plus tard mais sans mentionner de date. Sa conversion a probablement lieu avant le 4 mai 1534 parce qu’à cette date, Calvin se rend à Noyon et renonce au bénéfice de ses prébendes. On peut considérer cela comme une conséquence de son détachement du catholicisme. Mais la conversion a également pu avoir lieu plus tôt, en 1533. Cette hypothèse pourrait être confirmée s’il est vrai que Calvin a participé à la rédaction du discours de Nicolas Cop - mais nous n’en sommes pas certains.

Le 1 novembre 1533, le médecin Nicolas Cop, recteur de l’université de Paris à laquelle Calvin est inscrit, prononce un discours de début de semestre dans l’église des Mathurins. Ce discours, une interprétation des louanges du sermon sur la montagne, représente un éloge de l’Évangile. Ainsi, Cop affirme son appartenance à la Réforme. Les Franciscains propriétaires de l’Église accusent immédiatement Cop d’hérésie, et quelques semaines après avoir prononcé le discours, Cop quitte Paris pour vivre dans sa ville natale, Bâle. La recherche sur Calvin est très controversée sur le fait de savoir si le discours de Cop a été rédigé, en partie du moins, par Calvin. Si c’est le cas, Calvin aurait déjà été favorable à la Réforme en automne 1533. En octobre 1534 a lieu « l’affaire des affiches », à Paris : des écrits contre la messe sont affichés dans la ville. Les « Luthériens », comme on appelle les partisans de la Réforme, sont accusés d’être responsables de cette conspiration contre l’ordre public et la religion. Déjà avant cette action, Calvin attire l’attention en confessant publiquement sa foi évangélique et en faisant du prosélytisme. Il doit également quitter Paris et cherche un lieu de séjour calme pour poursuivre ses études. Il souhaite écrire un catéchisme pour les croyants réformés francophones. Ainsi, au cours des premières semaines de l’année 1535, il se retire à Bâle. En résumé, il faut être très prudent avec la datation de la conversion de Calvin. Même si Calvin parle d’un événement unique, cette conversion a également pu représenter un processus échelonné dans le temps. Ce qui compte, c’est le résultat : avant 1534, Calvin fait l’expérience d’une « conversion », d’un attachement à l’Évangile qui a eu des conséquences importantes.